Of Ashes and Hope

Journal de Charlie Stelling, urgentologue

Montréal, 30 novembre

À l’intercom qui fonctionne de peine et de misère, ils ont appelé toute personne ayant une formation en lien avec la survie de venir au comptoir d’information. Les dentistes, les médecins, les vétérinaires, les premiers secours, les ambulanciers, tout le monde est sollicité.

Je m’y suis rendu. Ils nous ont annoncé la nouvelle, une bonne femme pharmacienne n’y a pas cru. Les brigands ont forcé la ligne de défense de l’armée, il nous faut quitter Berri-UQAM avant que ces géants, j’imagine que c’est une façon de parler, nous atteignent et nous tuent tous sans pitié. Ca me fait froid dans le dos.

Ils nous donnent sous notre responsabilité un groupe 4 à 6 femmes et hommes. Eux resteront dans le métro pour couvrir notre sortie. Ils feront honneur à leur serment.

Dès que l’annonce fut faite, il y a eu un mouvement de panique dans le métro. J’ai vite dit à tout le monde se prendre par la main et, mon groupe et moi, sommes sorti. Je ne sais pas ou nous irons ensuite, mais il nous ont conseillé d’éviter les rues lorsque la noirceur tombe. Et dieu sait que la noirceur arrive vite avec toute cette cendre…

Je crois que cela sera ma dernière entré.

Pour ceux qui tomberont sur mes écris, sachez que nous l’Ère qui s’amorce sera la plus sombre de notre histoire. Soyez forts et pensez aux gens qui se sont sacrifié pour vous, ces hommes et ces femmes de l’armée qui sont restés pour vous permettre de vivre, faite leur honneur.

Charlie Stelling, médecin urgentologue de St Luc

Montréal, 29 novembre

L’armée a réduit les portions données lors des repas, froids, bien sûre. Les rations sont toutes plus petites. Ils ne donnent plus d’eau, ils l’échangent, contre des services, contre des biens. Même l’armée peine à déjouer les malfrats des rues et à faire vivre les citoyens sous leur responsabilités.

Montréal, 17 Novembre 2020

Ils sont entrés dans les souterrains. On ne sait pas ce qui se passe. L’armée dit que des pilleurs ont voulu forcer le bunker à Berri-UQAM. Mais j’ai eu vent des rumeurs, des hommes et des femmes en devoir sont mort cette nuit-là. Ils ont tenté d’accéder aux réserves d’eaux. Les balles perdues ont troué le bassin qui nous servait de citerne. J’ai entendu l’Officier de service avouer n’avoir jamais fait face à cette situation auparavant. L’éruption aux États-Unis a vraiment changé la face du monde. Les Hommes et les Femmes sont devenus plus violents. Plusieurs tentent de faire une percée dans le mur de la réserve. Réserve qui s’amenuise de jour en jour.

Montréal, 31 octobre

J’ai vu des jeunes enfants déguisés. Ils avaient trouvé ici et la des babioles qui leur servaient de cape ou d’épée. Je pense que les parents ont été d’alléger l’ambiance qui règne dans le Métro Berri-UQAM, maintenant seul endroit sûre avec les métro de fin de lignes. L’extérieur est devenu un monde hostile pour les civiles. On se bat constamment. Les pilleurs ont facilement déjoué l’armée et le couvre feu et ont pris le contrôle d’endroit stratégiques : Épicerie, dépanneur, vente d’arme de chasse et ainsi va la liste, station d’essence. Ils y ont instauré un règne de la peur. Ils se sont armés. On marchande avec eux ou on n’obtient rien. Personne ne peut aller leur parler sans un quelque chose de valeur. Ils troquent surtout pour de la nourriture, de l’eau, des objets usuelles, pour faire sa toilette, et autres.

Bref, seul reste pour les civils les Métro dirrigé et défendu par l’Armée. Peu croient encore en l’intégrité de l’organisation, mais plusieurs préfèrent faire semblant et être en sureté plutôt que de mourir dans les rues de Montréal.

Montréal, 15 octobre 2020

Les premiers malades des cendres sont arrivés. Ou du moins, on dit que le petit Charles André souffre d’asthme, mais les plus perspicace ont déjà compris que la cendre a obsutrée ses bronches. Mais le Gouvernement, via la radio de Berri-UQAM, a indiqué que le petit avait simplement une pneumonie dû aux courants d’air dans le métro. Mais personne n’y croit. Il n’y a plus personne qui croit en ce que le Gouvernement dit.

Montréal, 15 aout 2020

Les médias ont convié tout le monde à rejoindre des points de sureté dans la ville de Montréal et en banlieue. Ils n’ont pas spécifié pourquoi. Ils auraient dû le faire, car l’insécurité générée a créé une manifestation monstre. Mais la manifestation s’est transformée vite en révolte. Les partisans des théories du complot ont déjà énoncé que le gouvernement garde pour lui les ressources naturelles qu’ils nous restent. Ils ont fait de la propagande lors de la manifestation et cela c’est soldé en anarchie à Berri-UQAM. L’armée dû utiliser des bombes lacrymogènes et tirer des balles à blanc dans l’air. Ça a fonctionné, mais l’esprit de révolte plane dans l’air depuis ce jour.
h2. Montréal, 30 juillet 2020

Ma dernière entrée date d’il y longtemps, il faut m’en excuser, j’ai eu quelques problèmes. Enfin, nous avons tous eux quelques problèmes. Des employés d’Hydro-Québec ont décidé de faire une grève pour de meilleures conditions de vie. Ils souhaitent que leur employeur leurs trouve des billets vers la France, comme la situation ici commence à être difficile. Le changement a été progressif, mais on sent bien que nous sommes face à une crise comme aucune que l’homo sapiens n’est connue.

Le pillage a commencé. L’état a statué sur l’état d’urgence et a donné à l’armée un droit incontesté d’arrêter toute personne prise à piller et ce pour limiter le plus possible l’anarchie sociale que cela créerait. Ils ont instauré un couvre-feu comme l’électricité est devenue une denrée rare. Ils ont abolit l’utilisation de l’automobile ou tout appareil demandant de l’essence. L’Armée la gardera pour elle, pour pouvoir mieux protéger la population. Après tout, leur tank ne fonctionne pas à l’air.

Montréal, 20 juin 2020

Les choses se corsent. Les prix dans les supermarchés ont monté en flèche. Les gens commencent à comprendre que l’exportation et l’importation sera plus difficile avec l’interdiction de vol transatlantique ou trans-pacifique. Seul le bateau demeure possible pour le commerce outre-mer. La Chine qui prend la majorité de son matériel en Amérique du Nord a cessé de faire affaires avec l’Amérique. Ils garderont le peu ressources naturelles qui ont pour eux, comme la majorité de l’Afrique et de l’Asie. Nous ne faisons pas affaire avec l’Océanie, alors outre le tourisme, nous ne serons pas affectés par leur retrait de divers contrat. Seule l’Europe reste ouverte aux relations internationales, beaucoup à cause de l’ONU.

Montréal, 16 Juin 2020

Le Volcan a explosé toute la terre avait les yeux rivés vers le parc nation de Yellowstone. Je n’y ai pas cru, je l’avoue. Les premières journées post-éruptions ont été pour moi toutes normales, comme la majorité de mes comparses. Il n’y pas eu de fin du monde comme plusieurs médias l’avaient prévu, pas de pillage.

Comments

Dalamis

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.